2000 1989
 
 . .

 | 
 

 le colonisateur exiler ben alhassan al ouazzani ITZER

         
Admin
Admin
avatar

: 116
: 10/07/2007

: le colonisateur exiler ben alhassan al ouazzani ITZER     17, 2011 7:01 am

Mohammed Hassan Ouzzani est n Fs, le 17 janvier 1910, dans la famille des Chorafas Ouzzani, descendants du prophte.

Comme tous les marocains de son milieu, il frquente lcole coranique afin dacqurir une formation religieuse et thologique, trs jeune, il entre au msid (cole coranique) de Sidi Ghiar (sekiat demnati de Fs) pour y apprendre le coran. Encore enfant, son attention a t attire par loccupation franaise de son pays intrigu par cette prsence trangre. il dsire apprendre la langue de la nation occupante ; il sinscrit lcole el mtyine ou il reoit une formation moderne. Tout en suivant les cours de cette cole, il continue sa formation coranique. Il prend des cours particuliers de langue arabe chez les professeurs Mehdi ben Haj, Hassan Daoudi, Ahmed Yazid El Badraoui et Ahmed Chbihi. Il tiens a avoir une double formation en langue arabe et franaise. Apres lcole El Mtyine, il poursuit ses classes primaires et secondaires lcole de derb El Miter (Blida) et au collge Moulay Idrisse de Fs. Il va ainsi se doter ds son enfance dune double culture ou il dveloppe en lisant les journaux en langues arabe et franaise achets au Mellah tels que les journaux tunisiens et franaise.

Avant mme de terminer ses tudes secondaires Mohamed Hassan Ouzzani part pour paris et il prpare son baccalaurat au lyce charlemagne ; en 1927.

Mohammed Hassan Ouzzani rentre au Maroc en 1930. A partir de cette anne, a vie va tre jusqu mort celle du militant exemplaire, partage entre laction politique, les prisons et lExil.

Le 4 aot 1933 Mohammed Hassan Ouzzani cre Fs le clbre journal en langue franaise LACTION DU PEUPLE, organe hebdomadaire de dfense des intrts marocains .

En crant LACTION DU PEUPLE et LA VOLANTE DU PEUPLE, Mohammed Hassan Ouazzani donne au mouvement nationaliste marocain une arme la fois redoutable et efficace pour permettre des aspirations marocaines. Cest grce ces deux journaux que les marocaines dcouvrent leurs droits lgard du protectorat et un certain fondement leur motivation.
Les vnements de Meknes (septembre 1936) survenus la suite du dtournement des eaux de loued Boufekrane, entranent des manifestations dans lensemble du Maroc et une vague darrestations de quelques certaines de militants et de la plupart des chefs nationalistes. Cest au cours de cette vague de rpressions que Mohammed Hassan Ouazzani est priv de libert, puis exil par dahir du 3 novembre 1937, intern dans le sud du pays, son exil ne prendra fin quen mai 1946. Pendant ces neuf annes dexil, sa foi dans un Maroc souverain, indpendant et dmocratique na jamais failli. Contrairement certains militants du mouvements national qui sont libres moyennant leur engagement de se montrer conciliants, Mohammed Hassan Ouazzani, en dpit de tentatives rptes du pouvoir, prfre lexil toute concession et tout marchandage.

Exile ITZER


le centre culturel
MOHAMMED BEL-HASSAN EL OUAZZANI-ITZER
Aprs son exil ASSA pour deux ans et demi et
ÄKA au SAHARA , le colonisateur la exiler pour la
troisime fois ITZER en 1942.
A itzer se trouve le centre culturel MOHAMMED
BEL-HASSAN EL OUAZZANI cre de feu du ce grand
homme que dieu ait son me en sa sainte
Misricorde.
Mais durant ces langues anne de silence et
dpreuves,il mdite et crit beaucoup, il sadonne
des tudes et des analyses politiques
importantes. Il consigne par crit ses penses.
Il correspond avec ses amis restes en libert.
Il organise des moyens secrets de communication avec lextrieur. De la sorte, il reste inform de lactualit politique. Il fait parvenir secrtement des articles littraires la revue Athabaska AL Maghribia qui les publie sous des pseudonymes. Il rdige et remet lofficier charg de sa surveillance des mmoires adresss aux ministres Jacquinot, au gnral Catraux et au rsident gnral Puaux. A ITZER ou il se trouve en rsidence force, il reoit un missaire qui linforme de la prsentation du manifeste de lindpendance en janvier 1944. le 12 avril 1945, le commandant darcimoles en poste ITZER sentretient avec lui, au cours de cet entretien, Mohammed Hassan Ouzzani appuie de nouveau le manifeste de lindpendance et expose son point de vue quant la situation au maroc.

En 1946, Mohammed Hassan Ouazzani est libr. Le 30 mai, la ville de Fs laccueille avec enthousiasme. Il prononce un important discours dans lequel il trace le chemin qui reste parcourir.

El Ouazzani, le rformateur
si les Marocains n'exercent pas leurs droits, cela ne signifie pas que ces droits n'existent pas .




La pense d'El Ouazzani s'est appuye sur les principes des droits de l'Homme et de la dmocratie. Il a cru en la rforme comme un terrain d'entente entre le gouvernement et la nation pour une collaboration visant l'intrt public. Son attachement sa pense et son approche, lui vaudra de vivre une bonne partie de sa carrire politique comme un opposant revendiquant des rformes, et proposant des solutions alternatives. Durant l're coloniale, la pense d'El Ouazzani partait d'une conviction toute simple : si les Marocains n'exercent pas leurs droits, cela ne signifie pas que ces droits n'existent pas. De cette foi dans les droits naturels et inns de l'homme marocain, il a expliqu la dprdation de ces droits par la force dominante du rgime colonial. Pour lui la force ne donne jamais au plus fort le droit d'abuser du faible. Il n'a cess de revendiquer au pouvoir colonial de respecter les droits des Marocains et de ne pas les annihiler, comme il a incit le peuple lutter pour regagner sa dignit en recouvrant ses droits et sa souverainet.

Une constituante comme outil de progrs

Des concepts du droit, l'engagement d'El Ouazzani s'tendra aux concepts de libert et d'galit qui, selon lui sont le gage d'une ralit politique et socitale meilleure. Il sera farouchement contre l'ide d'avantager un groupe par rapport un autre et contre toute forme de servilit.Il revendiquera un mrissement du pouvoir travers une participation politique active. Il fera de la dmocratie la fois un moyen et un objectif dans la perspective d'un Etat marocain qualifi de mr, libre et indpendant.
Les droits taient pour El Ouazzani un pralable aux lois. Aussi pour lui, les lois, ne sont que des outils servant garantir les droits inalinables. Partant de l, il a voquera en 1937 la ncessit de mettre en place des conseils reprsentatifs ayant pour objectif la dfense les droits des Marocains, d'une constitution qui confirme ces droits et sera un fervent dfenseur d' un rgime de monarchie dmocratique parlementaire.
Durant les annes 40 et 50, la revendication d'une constituante est largement prdominante dans son discours politique. Comme il a cru dans les annes 30 dans les droits de l'Homme en tant que la voie essentielle pour l'amlioration de la situation des Marocains, dans les annes 40 et 50 il a ardemment cru en la possibilit de btir un nouvel Etat marocain dmocratique sur la base des principes constitutionnels.
Ce discours dmocratique de El Ouazzani tait une des principales raisons de l'acharnement de ses multiples ennemis pour l'carter dans la contribution effective et directe la vie politique du pays aprs l're coloniale. Si son parti a particip au premier gouvernement de Bekka avec six ministres, il sera finalement cart aprs la dissolution de ce gouvernement. Cela a pouss El Ouazzani constituer la premire opposition de l'histoire du Maroc post-colonial. Une opposition qui clamait ses ides travers sa presse partisane, la ligne ditoriale avant-gardiste, et travers le conseil national consultatif trs critique de la politique du pouvoir de l'poque. Son organisation politique fera l'objet d'un complot qui conduira une scission quand ses leaders et ses bases se joindront en masse la caravane qui crera l'Union Nationale des Forces Populaires. Il ne fait aucun doute que cette scission recle toujours des mystres bien que son but ultime tait sans aucun doute d'affaiblir El Ouazzani.
Le pouvoir a essay d'exploiter cette mauvaise passe pour le coopter. Il sera nomm ministre d'Etat dans le gouvernement constitu en juin 1961 conduit par Hassan II. Sauf que cette tentative de rcupration ne donnera pas ses fruits. El Ouazzani se rendra rapidement compte que sa position ne lui permettra pas de contribuer la conduite de rformes. Il prfrera donc se retirer plutt que de participer un gouvernement qui ne lui garantit que des avantages personnels. Il prsentera sa dmission crite au Palais royal, mais le gouvernement continuera de lui verser son salaire mensuel. Cela sera l'origine d'une crise puisqu'il refusera d'tre rmunr pour une fonction qu'il n'assumait plus. Certains intermdiaires tenteront de le convaincre de continuer percevoir ses moluments accumuls sous prtexte qu'il tait impossible juridiquement de les reverser la trsorerie d'Etat.
La rponse de El Ouazzani sera ferme. Il sollicitera une consultation juridique en France pour dmontrer la possibilit de restituer l'argent l'Etat. Une posture qui irritera le Pouvoir qui dcidera de dmettre M El Ouazzani de sa fonction ministrielle Cette dcision ne laissera pas El Ouazzani indiffrent. Il expliquera dans les colonnes du journal de son parti qu'il s'agissait en fait d'une dmission .

Pour une rvolution d'en haut
El Ouazzani rejoindra ainsi les rangs de l'opposition. Il critiquera fortement la constitution de 1962. Dans le premier Parlement marocain, constitu en 1964, il sera lu dput de la ville de Ouazzane. Arguant de la ncessit de la participation politique pour btir un rgime dmocratique parlementaire, El Ouazzani critiquera l'Etat d'exception en le considrant comme une volution ngative qui ne sert aucunement l'avenir du pays. Depuis la fin des annes 60, El Ouazzani sentait que la corruption qui se rpandait tait un signal alarmant d'une volution ngative. Il revendiquera haut et fort la conception d'une optique rformatrice travers une rvolution d'en haut .
Une rvolution laquelle devrait participer le Roi aux cts des partis et des lites politiques cense viter l'ventualit de coups d'Etat militaires ou de rvoltes populaires incontrlables.
Quand les deux coups d'Etat se sont produit en 1971 et 72, El Ouazzani apparatra comme un oracle. Il acceptera de mener des ngociations politiques avec ses adversaires politiques comme Allal El Fassi. Cette initiative sera avorte la mort de ce dernier en 1974 et srieusement compromise par la dtrioration de la sant de El Ouazzani bless durant le coup d'Etat de Skhirat.



[center]
    
    http://aouazi.keuf.net
 
le colonisateur exiler ben alhassan al ouazzani ITZER
          
1 1

:
Journal 2000 . Redacteur en chef : AOUAZI BOUCHAIB - E-mail: Prost_ya@hotmail.com :  ::   ::  -