2000 1989
 
 . .

 | 
 

  M.Cherqaoui:77individus ont t dfrs devant la justice

         
Admin
Admin
avatar

: 116
: 10/07/2007

: M.Cherqaoui:77individus ont t dfrs devant la justice    21, 2010 12:15 pm

[
[Confrence de presse conjointe avec le ministre des affaires trangres et de la coopration

[/b]

M.Cherqaoui:Les forces de l'ordre n'ont tir aucune balle, ni dans le campement de Gdim Izik ni dans les rues de Layoune
Rabat -L'intervention de la force publique dans le campement de Gdim Izik et dans la ville de Layoune lors des troubles, "s'est faite sans que l'on ait tir la moindre balle", a affirm, lundi Rabat, le ministre de l'intrieur, M Taieb Cherqaoui .

S'exprimant lors d'une confrence de presse conjointe avec le ministre des affaires trangres et de la coopration, M. Taib Fassi Fihri, le ministre de l'intrieur a indiqu que "les forces de l'ordre se sont trouves confrontes une situation difficile d'autodfense", ce qui explique, a-t-il dit, "les douloureuses pertes humaines enregistres dans leurs rangs".

Les forces de l'ordre se sont heurtes une rsistance violente de la part de milices entraines qui ont fait usage de bonbonnes gaz, de vhicules 4x4 roulant vive allure pour heurter les forces de l'ordre. Un lment de ces forces a t sauvagement gorg, a dit le ministre.

Le Maroc n'a jamais connu par le pass ce genre d'actes barbares dont nous connaissons les instigateurs, a ajout le ministre, prcisant que les auteurs de ce genre d'actes s'activent dans la rgion du sahel.

Dans sa prsentation de la chronologie des vnements qu'a connus la ville de Layoune, durant la journe du 8 novembre, M. Cherqaoui a fait savoir que cette intervention a fait dix morts dans les rangs des forces de l'ordre, dont un membre de la Protection civile, et 70 blesss parmi celles-ci, alors que quatre civils ont t blesss.

Un seul civil, a-t-il dit, a trouv la mort durant la mme journe son heurt par un vhicule dans l'une des artres de la ville de Layoune o se sont drouls les troubles.

Un deuxime civil devait dcder suite aux complications d'une pneumonie aigue selon un rapport mdico-lgal.

"Cette intervention a eu lieu aprs puisement de toutes les voies de dialogue srieux pour trouver une solution une situation inacceptable au regard de la loi et qui exigeait de l'Etat d'intervenir pour protger la scurit et la quitude des citoyens et imposer le respect de l'ordre public et librer les habitants du campement", a ajout le ministre.

Il a signal que les forces de l'ordre, composes des lments de la gendarmerie royale et des forces auxiliaires, qui sont intervenues de faon pacifique, se sont heurtes une rsistance violente de la part de milices qui ont fait usage de diffrentes armes: jets de pierres, bouteilles incendiaires, bonbonnes de gaz, armes blanches ...

Les forces de l'ordre, a prcis le ministre, ont procd l'vacuation du campement en moins d'une heure, assurant la protection ncessaire la population pour son vacuation et restaurant l'ordre public.

Par la suite, "ces milices ont transfr les affrontements dans la ville de Layoune, o elles ont incendi des btiments et des biens publics et port prjudice aux proprits d'autrui", a soulign M. Cherqaoui, indiquant que les forces de l'ordre ont fait face ces actes en recourant aux seuls moyens classiques de dispersion des manifestations pacifiques, malgr la violence qu'elles ont subie.

M. Taieb Cherqaoui a signal que 77 individus ont t dfrs devant la justice, dont six devant le tribunal militaire, alors que 64 autres sont soumis l'enqute judiciaire et sept autres ont t relaxs. Il est prciser que 13 parmi ceux-ci ont des antcdents judiciaires.

Dans une seconde phase, a-t-il ajout, 36 autres individus ont t dfrs devant la cour, dont 20 repris de justice, ce qui porte 33 le nombre de repris de justice.

Aprs avoir voqu les circonstances dans lesquelles le campement de Gdim Izik a t install pour exprimer des revendications sociales relatives particulier au logement, l'emploi et pour bnficier des cartes de promotion nationale, il a affirm que les pouvoirs publics ont choisi de permettre aux citoyens d'exprimer leurs revendications sociales dans le cadre de la libert d'expression et dcid d'entamer un dialogue avec les membres de la dnomme "coordination du campement " dans le cadre d'une srie de sances.

Le ministre a indiqu que le dialogue avec "la coordination du campement" a dbouch sur un accord au sujet de toutes les dolances. Toutefois, les membres de cette dernire "s'vertuaient mettre constamment en cause, au fur et mesure de l'avancement des consultations, les accords prcdemment convenus tout en se livrant toutes sortes de provocations dans l'intention de provoquer l'intervention de la force publique et entrainer des drapages et faire des victimes parmi les citoyens".

Ces agissements, a-t-il dit, ont t mis en chec par les autorits publiques qui ont privilgi le dialogue.

Les autorits publiques, a-t-il not, avaient recueilli des informations faisant tat de restrictions et tracasseries imposes des journalistes trangers ( Jeune Afrique et Reuters ), soumis a un interrogatoire par les milices qui contrlaient le campement . Celles-ci recouraient la menace et la violence physique et psychique l'encontre des personnes qui se sont installes dans le campement, en particulier les personnes ges, les femmes et les enfants pour les empcher de quitter les lieux ou dmonter leurs tentes.

Le ministre a fait savoir que le campement comprenait diffrentes catgories de personnes: les familles dmunies et en situation prcaire, mais aussi des repris de justice, des recherchs et des trafiquants, en plus d'un groupe d'opportunistes qui a tabli son emprise sur les occupants du campement et us de toutes sortes de manoeuvres pour faire avorter le dialogue.

Devant l'absence de volont de parvenir une solution ou un compromis, malgr la disposition affiche par les pouvoirs publics pour la satisfaction immdiate des revendications de la population ncessiteuse, les autorits, a dit le ministre, ont dcid d'intervenir pour mettre un terme cette situation illgale et assurer la protection aux habitants du camp, faits otages par une bande criminelle et un groupe d'opportunistes
servant un agenda politique tranger.
D

Map
    
    http://aouazi.keuf.net
 
M.Cherqaoui:77individus ont t dfrs devant la justice
          
1 1

:
Journal 2000 . Redacteur en chef : AOUAZI BOUCHAIB - E-mail: Prost_ya@hotmail.com :  ::  -